Index du Forum


 
ForumFAQRechercherS'enregistrerConnexion

:: [Space Wolves] : Les Chroniques de Fenris. ::
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Dessins, récits, nouvelles & Ecrits des membres
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Thargannis
Guide des âmes des Templiers noirs
Guide des âmes des Templiers noirs


Inscrit le: 06 Aoû 2004
Messages: 6345
Localisation: Rambouillet
Groupes d'utilisateurs: 
[Black Templars Black Templars ]
[Cercle noir des templiers Cercle noir des templiers ]
[_Crusade _Crusade ]

MessagePosté le: Jeudi 16 Février 2017 18:26    Sujet du message: Répondre en citant

C'est vraiment bien écrit, j'aime beaucoup !


_________________
Chapelain Thargannis,
Croisade Aciès
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Hellebron
Forces de l'Impérium
Forces de l'Impérium


Inscrit le: 15 Fév 2012
Messages: 205
Localisation: Par-delà bien et mal
Groupes d'utilisateurs: 
[Dark Angels Dark Angels ]
[Marines du chaos Marines du chaos ]
[Space Marines Space Marines ]
[Tau Tau ]

MessagePosté le: Samedi 08 Avril 2017 15:15    Sujet du message: Répondre en citant

La Traque de la Bête de Fer : Sixième Partie : Quand sonne l’heure du combat…

La bête fendait le vide, et les Rout la pourchassaient.

Le Thunderhawk s’éjecta de la baie de lancement comme une immense torpille. Il traversa les champs réfracteurs et suivit une trajectoire courbée pour suivre en parallèle l’impie création des Iron Warriors. Njord était aux commandes de l’appareil d’assaut. A ses côtés, Frost le Chasseur lui jetait une multitude d’instructions et de paramètres, conduisant la manœuvre d’approche comme si elle ne différait pas d’une traque « ordinaire » dans les désolations d’Asaheim.

L’humeur de la meute était quelque part entre l’excitation et une sorte de crainte révérencieuse. Non des Traîtres, car ils n’étaient que de la vermine à exterminer. Mais la nature des Rout les poussait à la méfiance devant l’endroit qu’il cherchait à atteindre, car il ne pourrait être que mortellement dangereux. Une tanière du Maleficarum. Bjorn récitait des formules de malédictions, entrecoupées des insultes de ses hommes, pour tenir le Mal à distance. La plupart vérifiaient leur équipement avec minutie, Svenn et Hellwintr avaient pour leur part le pif collé contre les hublots. Eux semblaient impatients de se frotter à un adversaire digne de ce nom.

C’était la première fois qu’il s’attaquait à la menace du Chaos sous cette forme. Des Astartes Traîtres. Les couronnes de savoir, ainsi que leurs instructeurs, les avaient longuement préparés à cela ; mais, à la fin des fins, rien ne remplace l’expérience du combat réel. Ils allaient affronter l’une des plus grandes menaces qui pesaient sur l’Humanité. S’ils réussissaient, ils seraient des héros.

A l’arrière du Thunderhawk, la voix lugubre et robotisée de Kenhir usait de prières d’apaisement pour que Skael garde le contrôle de lui-même. Si elles fonctionnaient, le résultat n’était pas très évident. Le Dreadnought voxait occasionnellement sa rage ultime et sa haine des hérétiques, avec une force terrifiante, même pour les Loups. Par précaution, des chaînes robustes retenaient les armes du géant adamantin, pour le temps du transport.

A l’évidence, Skael avait perdu ce qui lui restait de lucidité et d’humanité
.

-Combien penses-tu que nous croiseront d’Astartes Renégats ? demanda Jormungndr sans réprimer un sourire gourmand.

-Difficile à dire. Souviens-toi qu’ils ont remodelé cette créature avec le Maleficarum. Elle doit avoir de l’importance pour eux. Je dirais une trentaine.

-Si peu ?

-Les légions d’Horus ont été brisées il y a une éternité, souffla Morfans sans s’adresser à personne en particulier. Cette phrase lui valut des regards en coin. Les Rout ne voyaient la mélancolie s’étant abattue sur leur âme qu’à travers le prisme de leur fraternité.

-Je sais cela. Je m’attendais juste à davantage.

-Parce que tu n’écoutes pas ce que je dis !, tonna Bjorn. Je dis que nous croiseront probablement une trentaine de Traîtres, mais cela en laisse d’autres que nous n’affronteront pas, avec un peu de chance. Peut-être le double. Peut-être davantage.

Il y eu une minute ou deux de silence. L’extrémité de la queue mécanique, sombre et couverte d’une rouille malsaine, annonçait la proximité du navire chaotique. Bjorn vit ses hommes se raidirent, comme si la véritable nature de leur mission ne prenait qu’alors sa dimension suicidaire.

-Nous sommes onze, déclara posément Njord depuis la cabine de pilotage.

-Oui. Nous et un Sarcophage dément. De quoi faire une belle histoire, hein ? Vous comprenez maintenant pourquoi la For préfère confier cette tâche à des griffes sanglantes inexpérimentées et remplaçables ?

-Ouai, acquiesça Jormungndr avec une grimace peu engageante. Je commence à comprendre. Je comprends qu’il y aura deux ou trois culs à botter au retour.

-Une pensée admirable, dit Bjorn en vérifiant la batterie d’alimentation de son épée tronçonneuse.

En dépit de tout, il se sentait fier et heureux. La mort n’avait pas de prise sur eux, nul découragement ne pourrait les réfréner dans l’accomplissement de cette lugubre tâche.

Ils donneraient à Skael un trépas digne des chansons. Ils feraient saigner les infâmes traîtres de la 4ème Légion. Bjorn dit tout cela aux siens, et les Loups rugirent de contentement.

Puis le Thunderhawk fut secoué et pencha vivement sur le côté droit…


***

-C’était quoi ?!

En deux pas, Bjorn fut dans la cabine de pilotage, l’espace ratatiné par la présence de trois Astartes. Où qu’il porta le regard, il ne voyait que la forme gigantesque de la créature ténébreuse, sa peau verdâtre et nauséeuse, où se mêlait chair et métal d’une façon peu naturelle

-Tu fais quoi, Njord ?

-La Rising Star se met en position. Je nous ai fait descendre juste en-dessous de sa ligne de tir. Et de celle des armes de flanc ennemi, par la même occasion.

-Est-ce que nos alliés risquent quelque chose pendant l’abordage ?

-S’ils restent à distance, non, intervint Frost. Avec une certaine expertise, il désigna les scans de la bête de Fer. Les Hérétiques ont greffé un paquet de canons à plasma et d’armes de courte portée. La Rising Star a peu de boucliers, mais sa coque ne risque rien tant qu’elle reste à l’écart.

-C’est bien vu. Tu es drôlement moins bête que tu n’y parais.

-Le contraire serait relativement impossible, lança un Loup goguenard depuis l’arrière. Beowulf, devina le Loup Alpha.

-Notre survie dépend de manière cruciale du Thunderhawk. Si le mauvais œil s’abat sur lui, ce ne sont pas les convoyeurs atmosphériques de la Rising Star qui risquent de nous récupérer. Prévoyant, Bjorn avait de toute façon donné à l’équipage de la frégate impériale une liste de conditions tactiques les autorisant à fichez-le-camp sans les Rout. La présence des Astartes leur avaient attiré assez de contrariétés sans mettre en plus leurs vies en jeu. La plupart des Chapitres n’auraient pas vu les choses de manière si noble –ou suicidaire-, mais les Loups n’avaient rien en commun avec la plupart des Chapitres. Eux faisaient ce qu’ils voulaient, ce qu’ils croyaient juste. Toujours. Jamais de demi-mesures.

Les concessions et les intrigues étaient le ressort de l’Inquisition. Ou des Dark Angels, pour prendre un exemple moins honorable encore
...

-Ils sont sur le point de tirer, souligna Njord, coupant court à ses réflexions.

Un silence glacé, anxieux, dominait dans le Thunderhawk. La moitié des Loups s’étaient précipités sur les sièges de tribords, cherchant dans la noirceur du vide interstellaire la forme élégante et vulnérable de la Rising Star. Elle était maintenant très proche du navire ennemi, sa proue en évidence comme si elle allait tenter de l’éperonner. Chose stupide, par ailleurs, car une attaque directe l’aurait détruite.

Avec les instruments et les scanneurs du Thunderhawk, Bjorn vit distinctement l’énergie s’accumulant dans les lances de tirs de la frégate, pareilles à des canons lasers démentiels. Puis une trainée couleur or fendit le vide à la vitesse de la lumière, s’écrasant avec violence contre la bête de Fer. Il n’y eu aucun bruit d’explosion pour venir atténuer la tension.

C’était le moment. Les Loups avaient les dents serrés, la respiration lente. Ils connaissaient le moment, le temps où un mur de boucliers pouvait se rompre et exposer la gorge de la proie. Le temps où les choses basculent. Tout allait se jouer sur cette seule attaque d’un bâtiment non-militaire. Soit la
Rising Star avait suffisamment entaillé les flancs du vaisseau hérétique pour que les Loups s’y infiltrent, soit toute la mission était un échec.

L’attente débuta, insupportable
.

-Je lance un balayage auspexs, dit Frost, les dreadlocks de sa chevelure se balançant nerveusement alors qu’il s’affairait sur sa console. Son chef émit un grognement infime, les yeux plissé pour tenter de repérer l’ouverture dans les contours fuyant et irréguliers de la créature d’acier


-Là ! s’écria-t-il, ses yeux exercés par l’obscurité du Croc
. La faille n’est pas très grande. Un niveau, sans doute pas plus.

-Il ne me faut pas davantage, certifia Njord.

Le Loup Alpha retourna parmi ses guerriers, tous fébriles comme au jour de leur première mission. Seul Kenhir semblait imperturbable –plus exactement, il se souciait davantage de Skael que des Astartes Traîtres, voire des maléfices du Chaos. Le Dreadnought ne remuait plus, mais le ronronnement de ses moteurs certifiait qu’il était bien réveillé, et paré pour l’assaut.

-Mes Frères, la Quête que nous a confié le Jarl est sur le point de s’achever. Nous avons juré devant le Père Tout-Puissant de donner un passage mémorable à Skael de la For. Nous avons promis au Primarque de débarrasser le cosmos de ses ennemis. Le moment est venu de faire ce que nous savons faire le mieux. Prenez vos armes, suivez mes ordres, préserver vos frères de meute. Russ veille sur nous. Ces hérétiques sont déjà morts, même s’ils ne le savent pas encore.

Et ce fut tout. Il n’y eu aucun applaudissement, pas de cris de colère, pas de fracas des lames contre les boucliers. C’était une tâche amère qui commençait, amère mais nécessaire. Les Rout allaient offrir à l’Archi-ennemi la douleur de leurs morsures. Ils allaient expliquer la douleur au Maleficarum, lui apprendre le sens de la peur pour qu’il ne revienne plus hanter les hommes.

C’était la seule gloire qu’ils trouveraient ici
.

***

Il est très froid, le vent qui souffle entre les mondes.

Les Prêtres de Fer connaissaient bien le froid de la glace. Kenhir connaissait le froid, lui aussi. Il était initié. Il connaissait les secrets, comment plier la matière à l’Esprit, comment construire et réparer les fantastiques armures de l’Astartes. Une vie entière auparavant, il avait effectué le Pèlerinage. Il avait vu Mars, et Terra, les sœurs jumelles dont l’Alliance avait offerte à l’Homme le droit de régner sur les étoiles. Il connaissait beaucoup de choses.

Mais l’endroit où l’emmenait Frère WolfBorn n’appartenait pas aux sciences qu’il lui revenait de connaître. Et malgré son équipement, il sentait un froid malvenu s’insinuer en lui.

Le Thunderhawk se posa sur le rocbéton calciné et à nouveau revendiqué par le froid du vide. L’attaque de la
Rising Star avait ouvert une portion du vaisseau des ténèbres, une grande caverne de mur froissés et de métal fondu, déformé, inerte. Toute la zone était dépressurisée. C’était mieux ainsi. Cela éviterait aux élus de l’Empereur d’avoir à composer avec la puanteur ignoble de la chair Tyranide grillée, et celle, plus diabolique encore, qu’imposait la seule existence des Traîtres.

Son sang bouillonnait à cette idée.

Skael descendit le premier du sas du Thunderhawk. La gravité artificielle coupée, sa masse formidable aurait dû se retrouver à la dérive, vulgaire morceau de ferraille anonyme, perdu à jamais dans l’Infini. Les capteurs magnétiques de ses immenses pieds artificiels lui épargnaient un tel destin. L’être était déjà assez fou sans avoir à dériver comme un spectre solitaire jusqu’à la prochaine étoile…

A peine débarqué, le Wulfen géant se désintéressa totalement de ses compagnons mortels et s’engouffra au pas de course dans la cursive qui leur faisait face. Les Loups le laissèrent partir - ou prendre de l’avance, plus exactement- sans trop de regrets. Une part du serment exigeait que la meute rende compte de la fin du Dreadnought…

Les Astartes s’avancèrent à la lumière des astres éloignés. Casqués, vêtu de céramique renforcée et d’adamantium, armes aux poings, bardés de fétiches étranges…ils n’avaient plus l’air humains ou bagarreurs. Ils n’avaient même pas l’air de militaires d’élites. Une brutalité à l’état pure, sauvage, se dégageait d’eux, mêlé de maîtrise et de rage glacée.

C’était des Astartes, et donc une espèce à part entière.

En une rafale de phrases formulées en Wurgen, Bjorn fit deux groupes. Une décision qui devait avoir une importance décisive par la suite
.

-Je vais suivre Skael, décréta le chef de meute. Morfans et Svenn, avec moi. Les autres, vous faites diversion vers l’arrière du vaisseau.

-Je devrai vous accompagner, intervint Kenhir. Les quatre servo-bras déployés depuis son pack dorsal amélioré lui donnait une allure arachnoïde. Témoigner du passage fait partie de mon serment…

-Impossible. Tu es le seul à pouvoir régler les charges à fusion, sans parler de trouver la chambre des réacteurs dans ce tas de ferraille ambulant.

Le Prêtre de Fer ravala son déplaisir avec son stoïcisme coutumier.

Malgré lui, Bjorn ressentit une pointe de malaise en s’apprêtant à quitter une partie de ses hommes. Si le moindre problème se présentait, il serait trop loin pour intervenir…C’était peut-être la dernière fois qu’il partageait la compagnie de ses frères…

Njord dû deviner ses sentiments, car il lui adressa un bref signe de tête. Il n’était que Justice que l’ainé de la meute garde un œil sur les louveteaux les plus téméraires


-Tu dors WolfBorn ? grogna Morfans l’Affreux. Le Tombeau en marche va nous fausser compagnie.

-On suit les cadavres, la piste devrait être facile… Bonne chasse à tous, mes frères.

Soixante secondes plus tard, les fulgurants de Skael ouvrirent le feu.
_________________
"Dans quelque position que vous puissiez être, si votre armée est inférieure à celle des ennemis, votre seule conduite, si elle est bonne, peut la rendre victorieuse. "
-Sun Tzu, L'Art de la Guerre.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Thargannis
Guide des âmes des Templiers noirs
Guide des âmes des Templiers noirs


Inscrit le: 06 Aoû 2004
Messages: 6345
Localisation: Rambouillet
Groupes d'utilisateurs: 
[Black Templars Black Templars ]
[Cercle noir des templiers Cercle noir des templiers ]
[_Crusade _Crusade ]

MessagePosté le: Mardi 11 Avril 2017 18:23    Sujet du message: Répondre en citant

Bonne suite, toujours aussi plaisante Smile
_________________
Chapelain Thargannis,
Croisade Aciès
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Hellebron
Forces de l'Impérium
Forces de l'Impérium


Inscrit le: 15 Fév 2012
Messages: 205
Localisation: Par-delà bien et mal
Groupes d'utilisateurs: 
[Dark Angels Dark Angels ]
[Marines du chaos Marines du chaos ]
[Space Marines Space Marines ]
[Tau Tau ]

MessagePosté le: Mardi 11 Juillet 2017 18:47    Sujet du message: Répondre en citant

Un bon chapitre de baston comme on les aime... L'Épilogue n'est plus très loin...

La Traque de la Bête de Fer : Septième Partie : La façon dont meurent les Loups…

Une fois à l’intérieur, les Loups laissèrent libre cours à la puissance qui coulait en eux. Haches et explosifs traversèrent les cloisons intersections que l’attaque initiale n’avait pas manqué de déclencher. Attentif au moindre détail, Bjorn observait le contenu des salles jouxtant les cursives désertes qu’ils parcouraient. Entrepôt, abattoirs, armureries, forges…Tout cela dans le silence et l’absence d’odeurs, chose inhabituelle et déconcertante. Ils avaient tous, à divers degrés, le sentiment d’être privés de leurs sens, d’évoluer dans un rêve sinistre et étouffant. L’avancée du dreadnought causait la dépressurisation de nouvelles sections de la bête, à la manière d’une lame vidant une créature de son sang. La gravité artificielle n’était plus active par endroit, et des cadavres noircis par l’absence d’oxygène se baladaient dans les plafonds d’excroissance mauves et de grillage couleur pétrole. La symbiose de la chair et du métal n’était pas totale. Les Traîtres avaient pris certaines mesures pour contenir les liquides bruns et autres fluides que la bio-forme Tyranide sécrétait pour son bon fonctionnement

-Il faut être franchement dérangé pour accepter de vivre dans un truc aussi moche, voxa Morfans en tâtant une paroi jaunâtre, composé de matière organique. Des veines bleues, d’une laideur fascinante, courraient du sol au plafond. Le vaisseau était toujours en vie, et son asservissement par l’Archi-Ennemi n’en était que plus spectaculaire.

-Venant de toi, cette remarque perd de sa pertinence, plaisanta Svenn. L’insolent Loup fermait la marche, ses pistolets bolter et plasma levés vers les intersections et les brèches de la coque, près à mitrailler le premier adversaire détecté.

-Fermez vos gueules, aboya Bjorn, irrité. Les Loups se remirent à courir, maussades. L’immensité de la bête de Fer expliquait peut-être l’absence de contact hostile, mais l’inaction demeurait pesante. Le Loup Alpha redoutait un piège caché, encore que les cris de guerre délirants de Skael, retransmis sur ses écrans en Wurgen, prouvait qu’il était toujours débout, et dans les parages. Le Dreadnought condamné vidait ses munitions, mais ses cibles étaient-elles pour autant imaginaires ?

Le silence de l’espace était glaçant, tuant jusqu’à l’humour de bataille dont les Rout avaient le secret. De Kenhir et son groupe, aucune nouvelle pour le moment


-Luminators, dit le chef de meute, laconique. Les lampes intégrées de leurs casques Mk VII balayèrent immédiatement les ténèbres environnantes. Tout le matériel était antique et détérioré. Il flottait ici un semblant d’amertume et de rancune, incrusté jusque dans le cœur même du vaisseau

-Je le sens, fit Morfans, en allongeant ses foulées. Son casque Corvus lui donnait l’air d’un rapace s’élançant vers des proies encore inconscientes du danger. Je le sens sur mes auspexs.

Un autre croisement, cette fois un couloir de métal bleuté, mal éclairé, coupant à angle droit la spirale bulbeuse qu’ils suivaient vers les niveaux supérieurs. Etaient-ils parvenus à la périphérie des ponts d’armement, ou était-ce déjà l’entrée des hangars de chasseurs stellaire ? A moins que la géographie du navire soit aussi chaotique et dénuée de sens que son apparence externe le laissait supposer…

Morfans tourna la tête pour estimer la direction de la cursive de gauche. Il manqua de se faire tuer par l’arrivée soudaine du Renégat.

L’Iron Warrior ne l’avait remarqué qu’au dernier moment et eut le réflexe de lui jeter au niveau du visage l’étrange foreuse qui terminait la prothèse consciente remplaçant son bras. Morfans s’écroula avec son adversaire dans un concert de bras et de jambes, sonné.

La foreuse démoniaque traversa la céramique de son casque et entama la découpe de sa joue…

Bjorn ne réfléchit pas. Il saisit l’Iron Warrior par le coin du pack dorsal de bronze terne qui lui donnait l’allure d’un insecte, et le projeta de toute sa force contre le mur voisin. Son épée décrivit un arc de cercle parfait et percuta le heaume primitif du Traître immonde…

En vain.

Il jura, maudit son oubli. Sans l’activation des dents motorisées de sa lame, l’épée n’avait aucune chance d’infliger des dommages mortels. Il recula d’un pas, son pouce enclenchant la batterie…

Mais son adversaire était un vétéran de siècles de guerre, et ses réactions étaient autrement plus rapides. Il bondit sur Bjorn et lui assena un monstrueux coup de son gantelet énergétique. C’était trop tard pour esquiver. Le Loup Alpha se jeta en arrière pour réduire la force de l’impact, s’épargnant une frappe mortelle au niveau de la gorge. Son plastron, en revanche, se fendilla et se cabossa sinistrement sous l’impact.

Il hoqueta de douleur et roula par terre à plusieurs mètres de là.
Respirer était devenu difficile. Il se mit à saliver de manière incontrôlable, de la bave vaguement écarlate coulant de sa grille faciale, l’acide marquant le revêtement minable du sol. Quelque part dans son organisme, l’Iron Warrior venait d’abîmer gravement quelque chose…

Il releva le nez et vit un soleil miniature passer non loin de son visage, traverser la cursive comme le marteau de foudre d’un dieu, s’enfoncer dans le casque cornu du renégat et le réduire à une bouillie surchauffée de matière en fusion…

Svenn rabaissa son pistolet à plasma (de combien d’armes surnuméraires disposait-il donc ?)
.

-Vous allez brouter le parterre encore longtemps ?

***

Avec une grimace d’effort, Bjorn se releva et récupéra son épée qui continuait de tressauter sur le sol. En quelque geste, Morfans avait réparé l’impact fait à son casque à l’aide d’une glue collante évoquant vaguement du mortier. C’était un pis-aller mais le risque de décompression de son armure énergétique n’était pas à prendre à la légère.

Svenn dit
:

-Comment va notre putain de héros ?

-Je survivrais à ça. Bjorn était encore remué par la vitesse démentielle de l’attaque, et la façon dont un unique Iron Warrior avait presque mis au tapis trois guerriers de Fenris. La douleur diminuait, sans disparaître pour autant. Son plastron était sévèrement touché, et il soupçonnait qu’une partie s’était même enfoncée dans son troisième poumon. Connaissant l’amour macabre dans Traîtres pour les armes empoissonnées, cela augurait mal de la suite…

Les secondes défilaient sur l’affichage tactique de son heaume. Chaque minutes passées à bord augmentait le risque d’être découvert et celui que l’Ennemi organise sa contre-attaque. Il fallait qu’ils bougent
.

-On perd du temps. Skael ne peut pas avoir disparu comme ça. Trouvons-le et terminons-en avec cette fichue journée.

Svenn assassina au berceau une blague impertinente. La souffrance de son ami était trop évidente, et l’urgence de la situation se fraya un chemin dans son esprit d’ordinaire désordonné.

-Je prends la tête, annonça-t-il.

Ils poursuivirent leur route dans le ventre humide de la créature corrompue. Le passage du Dreadnought était désormais plus évident. Des cadavres jonchaient le sol, libérant un sang obscur, ichor dévoyée par dix millénaires d’hérésies
.

-La gravité est revenue.

Bjorn se contenta de secouer la tête. Là, le phénomène dépassait ses compétences. Il fit quelque réglage sur ses écrans. Tiens donc.

-Vous pouvez couper l’alimentation en circuit fermé. L’air est respirable dans cette zone.

Ses camarades acquiescèrent, tous en restant sur leurs gardes. Ils avaient dû traverser un champ de préservation atmosphérique à un moment quelconque, à moins qu’il ne s’agisse d’une obscure magie du chaos…Svenn humait l’air avec méfiance. Son loup intérieur s’agitait des relents de corruption.

Un autre croisement. Les Loups n’hésitèrent pas, se fiant au son voisin des échanges de tirs. Les cris délirants de Skael se répercutaient contre les parois humides et mouvantes, rugissements inhumains à faire fuir un troll adulte


-Hostiles détectés. Russ nous garde…A l’’attaque !

Dans la vaste caverne, maintes silhouettes tentaient d’abattre le dreadnought qui vidait ses ultimes munitions. Le cerveau de Bjorn enregistra le détail des affrontements en un instant. Formes des armures antiques, métal luisant et déformé, choses fusionnées à leurs armes de destruction

*Obliterators…*

Une malédiction quitta ses lèvres. Depuis leur chargeur circulaire, ses bolts firent de même.

La tuerie commença pour de bon
.

***

La cursive était aussi sombre que délabrée. De la lumière passait fugitivement chaque fois que des projectiles éclataient contre le sol ou les cloisons. La double porte conduisant à la salle des réacteurs était entre-ouverte. Les Rout se battaient férocement pour tenir cet accès et donner au Prêtre de Fer le précieux temps nécessaire à la mise en place des charges explosives.

Aucun Iron Warrior n’avait encore pointé son nez pour leur causer des ennuis. Néanmoins, ils ne chômaient pas. Un bon quart de l’équipage s’était donné le mot pour venir les déloger, et ce nombre augmentait au fil des minutes. Les assaillants –un patchwork sinistre d’humains asservis et de vils mutants- s’amassaient par centaines, bien déterminés à mettre en pièce les Astartes. Ils se battaient avec les dons de leur ténébreux maîtres, crocs et griffes, tentacules, crachats d’acides, et un bric-à-brac d’armes improvisées : poignards, piques, pistolet laser prélevés sur la marine impériale, voire même quelque mitrailleuses portatives…

Aux yeux des loups, ils n’étaient isolément pas plus dangereux que des enfants, et seul le danger du nombre poussait les guerriers de Russ à les massacrer avec tant d’obstination. Les bolters claquaient sans cesse depuis les passerelles supérieures, fauchant des membres et des crânes. Les grenades à fragmentation étaient jetées en quantité, mortellement efficaces dans l’espace confiné où les mortels n’avaient nul abri possible.

Une muraille de cadavres à ses pieds, Jormungdr rugissait de joie. Sa hache balayait ventres, mâchoires, et plus généralement tout ce qui passait à proximité.

Non loin de lui, Thorgrim chargea pour la sixième fois les rangs adverses, bousculant, renversant, cognant la multitude de ses épaulières, ses coudes, ses bottes. Lorsqu’un monstre bardé d’augmentiques le défia d’un rugissement, il répondit en faisant jaillir ses griffes électrifiées, véritables scalpels de la terreur qui transformèrent sa proie en une bouillie sanglante.

Des éclats magmatiques traversaient la pièce à chaque crachat du pistolet plasma de Beowulf. Au-dessus du griffe sanglante, Njord veillait à l’équilibre de leur défense, ses ordres mêlés de piques amusées.

La horde beugla, grogna, gémit, ses vagues s’écrasant en pure perte contre les géants aux armures grises qui s’amusaient comme le font les dieux lors des guerres. Aucun guerrier n’avait reçu autre chose que des dégâts mineurs. Bjorn serait fier de la meute
.

-Ils manquent sacrément de conviction, non ? jeta Byggvir depuis sa plate-forme, déclenchant une vague de rire.

Frost le Chasseur ponctua son assentiment d’un revers de sa hache tronçonneuse qui découpa un visage en deux. A sa gauche, Hellwintr profita de tirs de couverture pour recharger son bolter.

Un ricanement domina la mélopée funèbre des incantations aux Dieux Sombres. Perplexe, Njord releva la tête. Trois créatures arachnoïdes venaient de s’extirper d’une brèche au plafond, pendant dans le vide depuis des câbles décolorés. Le Griffe Sanglante sentit les feux de la haine s’embrasser en son cœur à cette vision.
Guerriers Raptors. Hérétiques !


-Hostiles en approche ! voxa t-il à plein poumons. Cibles prioritaires.

-Pas trop tôt, marmonna Jormungdr en abattant un mutant de sa hache, avant de l’échanger pour son bolter que surmontait un crâne d’ours. C’est l’heure du tir aux pigeons.

Les rires des Loups moururent dans la cacophonie des hurlements soniques.

Les Raptors avaient quittés le plafond, et ils bougeaient vite. Deux tombèrent en chute libre, en piétinant de leurs pieds crochus leurs propres serviteurs. Le troisième se déplaça de ses quatre membres contre la cloison de droite, comme si la gravité était pour lui un concept étranger. Il se dirigeait vers Byggvir et esquivait les tirs de ce derniers, mais Njord réagit promptement et détacha d’une salve retentissante la tête de vautour du Renégat.

Les autres corrompus passaient à l’attaque, suivis des mutants qui sentaient dans l’arrivée de leurs maîtres une ultime opportunité de survie. Thorgrim serra les dents en engageant le combat contre dix fois plus d’adversaire. Un Raptor traversait les airs et tenta de l’atteindre au visage. Frost gloussa de satisfaction en touchant au ventre le Space Marine de carnaval, qui survécut cependant.

Alors que Jormungdr reculait méthodiquement, Hellwintr rangea son bolter et attaqua les assaillants qui l’avaient encerclé de son poignard au tranchant mono moléculaire. L’arme était ridiculisée par son gigantisme, mais pas moins dangereuse. Œil, gorge, coudes, tout était horriblement mutilé par le tranchant de son arme.

Le griffe sanglante lança un cri de haine et de triomphe. La force qui coulait en lui, les drogues qui boostaient ses capacités, tout se confondait en une frénésie guerrière. Il se sentait libre et invincible.

Dans la mêlée nez à nez avec le Raptor que venait d’aligner Frost. Le plasma avait réduit le plastron du renégat en une bouillie de viscère et de métal fondu. Une proie facile. Il se jeta sur elle sans hésiter, car le désir de tuer un Iron Warrior était un besoin presque qu’organique.

Seulement, son adversaire avait flairé son approche, et tiré arme de poing. Hellwintr eut l’impression très nette que les secondes s’étirait. Il voyait le mouvement de recul du traître, son bras qui relevait un pistolet bolter d’un modèle désuet dans l’Imperium du 41ème millénaire. Son propre bond était amorcé. Trop tard pour reculer.

Le vacarme alentour était si fort que tous deux étaient comme coupés du monde. Il senti avec une curieuse indifférence le bolt traversait son heaume, sa joue, pulvérisé son œil et ressortir de son crâne. Dans le même temps, il avait saisi son meurtrier par la gorge et son poignard tombait.

Le coup était faible. Il n’aurait pas entamé le gorgerin amélioré du renégat. Son oculaire gauche, en revanche, fût traversé en profondeur.

Une fraction de seconde plus tard, Byggvir obtint une ligne de tir dégagé pour abattre le Raptor rendu à demi aveugle.

Hellwintr s’écroula et ne se releva pas
.
_________________
"Dans quelque position que vous puissiez être, si votre armée est inférieure à celle des ennemis, votre seule conduite, si elle est bonne, peut la rendre victorieuse. "
-Sun Tzu, L'Art de la Guerre.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Hellebron
Forces de l'Impérium
Forces de l'Impérium


Inscrit le: 15 Fév 2012
Messages: 205
Localisation: Par-delà bien et mal
Groupes d'utilisateurs: 
[Dark Angels Dark Angels ]
[Marines du chaos Marines du chaos ]
[Space Marines Space Marines ]
[Tau Tau ]

MessagePosté le: Samedi 11 Novembre 2017 15:44    Sujet du message: Répondre en citant

Épilogue :… Et dont naissent les légendes.

Skael mourait, et il refusait de l’accepter.

Son agonie fut longue. Douloureuse aussi, car les Astartes traîtres qui s’acharnaient à lancer contre lui des assauts refusaient de renoncer. D’abord, il vida ses fulgurants jusqu’à leurs dernières munitions, puis se furent ses poings qui s’usèrent. Ses scanners optiques lui renvoyaient les visages grimaçants des Obliterators. Ils étaient grands, mais lui encore davantage. Dans son cercueil de fluides régénérateurs, il tremblait. Il sentait les blessures infligées à son armure par l’interface des câbles de contrôle. Des spasmes le secouaient d’une douleur fantôme, écho des traînés de plasma, des bolts et des flammes qui le réduisait à néant.

Au fil des minutes qui lui parurent autant de siècles, sa conscience redevint presque ainsi limpide qu’elle l’avait été de son vivant. Il mourrait. Il mourrait vraiment, traversé d’impacts, touché par les lames que les Terminators changés par le Maleficarum mettaient au bout de leurs fulgurants comme de pathétiques baïonnettes. Il mourrait, debout, en massacrant l’ennemi qui lui avait volé sa vie précédente. Des dizaines d’armures défoncées parsemaient la salle circulaire, aux murs tâchés de sang, qui lui servirait de tombeau.

Il entendait les trois Rout, dans son dos, qui tentaient de le couvrir tout en sachant que ce combat était l’un de ceux qu’ils ne pouvaient gagner.
Il sentait des souvenirs, par milliers, revenir dans son crâne tondu, alors que ses forces l’abandonnaient. Ainsi, c’était cela, dormir sur la neige rouge ? Comme de jeter un dernier coup d’œil à l’endroit qu’avait été sa vie, pour être sûr de ne rien oublier ? Les Skalds omettaient bien des choses dans les sagas au coin du feu. Il n’y avait pas de gloire ici
.

*Je…meurs…loin des…miens…* fût sa dernière pensée.

Il ne s’effondra pas, et ses réacteurs plasmiques n’entrèrent pas en surchauffe pour lui servir de bûcher funéraire. A la place, les Terminator aux armures couleur rouille et aux casques transpercés de cornes mutagènes s’aperçurent soudain que le cercueil qu’ils ouvraient en deux avait cessé de remuer.

On ne bouge pas lorsqu’on est mort, et Skael était, cette fois, mort pour de bon
.

***

-Retraite ! exigea Bjorn à l’instant même où Skael ne donna plus signe de vie. Morfans lâcha une dernière rafale pour retarder un hérétique, puis ils s’enfuirent à toutes jambes. Svenn fermait la marche.

Le dernier des Ulfhednars était allé rejoindre Leman Russ. La mission était accomplie. Ils ne leur restaient qu’une unique tâche, et non des moindres : sauver leurs vies des entrailles de cette créature du chaos
.

-Bjorn à Njord, tu me reçois ? La liaison était mauvaise, mais il entendit néanmoins la réponse.

-Les charges à fusion sont à place. Kenhir nous guide pour rejoindre le Thunderhawk.

-Parfait. Le Père Tout-Puissant peut être fier de nous tous.

-Ce n’est pas tout. Un grésillement de parasites alors qu’ils franchissaient l’intersection où le premier traître avait été abattu. Hellwintr est tombé au champ d’honneur, frère.

Pour la première fois depuis son intégration au sein des Rout, Bjorn pris conscience du conditionnement extrême des Astartes. Il ne ressentit rien, ne pensa à rien.

Ce fut tout juste s’il s’entendit répondre
:

-Reçu. Ralliez le vaisseau aussi vite que possible.

Sa vie et celle de la meute était en jeu. Les regrets viendraient, plus tard.

La course des géants provoquait un grondement de tonnerre dans les cursives désertées. C’était là le seul glas que pouvait offrir le Chapitre aux trépassés
.

***

-Avez-vous intercepté une transmission ? interrogea Hester depuis son trône de pilotage.

-Pas encore, Maître timonier.

L’officier rongeait son frein avec une impatience qu’il ne s’expliquait pas. Conformément aux instructions de Bjorn, il avait manœuvré la Rising Star à distance prudente du vaisseau organique de la 4ème Légion, une fois l’ouverture offerte aux Astartes. Et depuis, plus rien.

Bien évidemment, il aurait été plus rationnel de ne pas s’inquiéter, et d’évacuer tranquillement la zone une fois le délai de récupération passé. Mais il ne pouvait s’empêcher de se soucier des guerriers fenrissiens. Étais-ce parce que Bjorn avait réussi à nouer un lien avec lui durant ces semaines d’exploration infructueuses ? A moins que la part la plus pieuse de son être se rebellait à l’idée que qui que ce soit puisse terrasser un Space Marine de l’Empereur
.

-Maître Timonier ?

-Oui ?

-Ici le Maître Technaugure. L’entretien du réacteur ne m’interdit pas de me soucier du devenir de ce navire. Le délai imposé par les Astartes est quasiment écoulé. J’espère, au nom du Dieu-Machine, que vous n’envisager pas de les attendre un instant de plus.

-Vous avez raison, sans doute, admit Hester avec une pointe de tristesse. Préparez le démarrage des moteurs Warp.

Il devait se faire une raison. Si les Loups n’étaient pas au rendez-vous, quelque chose les avaient probablement tous tués. Obéron avait toujours fait fi des désirs de son équipage, mais lui respectait ses subordonnés.

L’heure était venue de partir
.

-Maître, nous détectons une accumulation critique d’énergie sur le navire chaotique !

Son sang se glaça. Les hérétiques étaient-ils sur le point de les prendre pour cible ? Non, impossible, leurs armes à plasma n’avaient pas une telle porté ? Mais alors… Qu’est-ce que cela signifiait ?!

-Infléchissez notre trajectoire sur bâbord, dix degrés. Et passa-moi un scan en temps réel sur l’occulus principal.

Il ferma les programmes secondaires en murmurant l’éternelle prière à l’esprit de la machine que tous les commandants de la frégate avaient appris de mémoire avant lui. Dans l’obscurité du vide, la machine-démon géante était une brume de couleur verte et rouge, aux flancs incertains. Il observa le pic d’énergie. Une explosion. La pire des explosions qu’il n’eut jamais pu observer, même si l’absence de bruit rendait le spectacle moins impressionnant. Il regarda, ébahi, la structure démoniaque se tordre et se rompre en deux fragments à la dérive.

L’explosion du navire renégat le fit pousser une exclamation. Elle était d’une force sidérante…Des débris furent projetés sur des centaines de kilomètres, en tous sens. Même s’ils avaient survécu, aucun traître ne pourrait utiliser à nouveau la structure Tyranide pour attaquer des mondes impériaux
.

-C’est terminé, dit quelqu'un. Les Astartes sont tous morts, à présent.

-Peu importe, lança un autre officier aupexs. C’étaient tous de sales mutants.

Hester garda les yeux fixés sur les radiations et mouvements de l’occulus. Un chaos de débris, voilà ce qu’allait devenir l’épave. Elle serait oubliée. Nul ne se souviendrait de ce qui avait été accompli ici.

*Attend…*

-Quelqu’un peut-il me dire ce que je vois dans le quadrant béta dix-neuf ?

Quelques officiers se réinstallèrent sur leurs consoles en échangeant des regards entendus. Le maître timonier n’avait vraiment pas les épaules pour diriger la frégate. Il était temps qu’un nouveau capitaine soit nommé, avant qu’ils ne soient encore embarqués dans une aventure vraiment dangereuse.

Des hoquets de surprise résonnèrent
.

-C’est forcément une anomalie, timonier, n’allez pas croire que…

-Non, fit Hester d’un ton chargé d’excitation. Ce que je vois là, Messieurs, s’appelle un Thunderhawk. Équipe Epsilon, préparez-vous à l’ouverture de la soute. Les Space Wolves ont gagné leur pari avec la Mort !

***

Kenhir posa le vaisseau dans la soute en remerciant les esprits-des-airs et du feu de leur bienveillance. Il regarda au travers de la vitre : les alentours étaient chargés de mortels, trop nombreux pour être tous responsables de cette partie du navire. Ils applaudissaient et riaient.

Les Loups étaient de retour.

Il se tint un peu à l’écart lorsque la rampe de descente tomba, car malgré la joie d’être en vie, la meute était en deuil. Elle n’aurait jamais le contentement morbide de ceux qui ont ramenés leurs frères sur les bûchers géants des montagnes de l’Aett.

Ce que le Maleficarum prenait, il ne le redonnait pas.

Mais au fond, ils avaient fait ce qu’ils étaient venus faire. La Quête était accomplie, et le serment honoré. Et c’était bien
.

-Ainsi, c’est fini, remarqua Njord avec une impression à mi-chemin du soulagement et de la peine.

Bjorn lui lança un regard, alors que les hommes de la
Rising Star formaient une haie d'honneur pour les accueillir. Il partageait les mêmes sentiments.

-Oui. C’est vraiment fini. Justice est faite. Maintenant…
... On rentre chez nous.


FIN.
_________________
"Dans quelque position que vous puissiez être, si votre armée est inférieure à celle des ennemis, votre seule conduite, si elle est bonne, peut la rendre victorieuse. "
-Sun Tzu, L'Art de la Guerre.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Thargannis
Guide des âmes des Templiers noirs
Guide des âmes des Templiers noirs


Inscrit le: 06 Aoû 2004
Messages: 6345
Localisation: Rambouillet
Groupes d'utilisateurs: 
[Black Templars Black Templars ]
[Cercle noir des templiers Cercle noir des templiers ]
[_Crusade _Crusade ]

MessagePosté le: Samedi 11 Novembre 2017 17:42    Sujet du message: Répondre en citant

Merci ! C'est une belle fin d'aventure chapeau !

Wink
_________________
Chapelain Thargannis,
Croisade Aciès
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
corax
Initié
Initié


Inscrit le: 30 Oct 2012
Messages: 133
Localisation: Lorraine
Groupes d'utilisateurs: 
[Space Marines Space Marines ]

MessagePosté le: Lundi 10 Septembre 2018 10:55    Sujet du message: Répondre en citant

Chapeau bas, bravo pour cette belle histoire.
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Dessins, récits, nouvelles & Ecrits des membres Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Templars : a theme by Chapelain Thargannis 2007
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

 

 


Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 47486 / 0