Index du Forum


 
ForumFAQRechercherS'enregistrerConnexion

:: [Apocalypse] Introduction pour un match improbable ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Dessins, récits, nouvelles & Ecrits des membres
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
-MFT-
Caius en réduction
Caius en réduction


Inscrit le: 12 Mai 2007
Messages: 1561

Groupes d'utilisateurs: 
[Dark Angels Dark Angels ]
[Eldars Eldars ]
[Orks Orks ]
[Space Marines Space Marines ]
[_Crusade _Crusade ]

MessagePosté le: Samedi 11 Avril 2015 19:58    Sujet du message: [Apocalypse] Introduction pour un match improbable Répondre en citant

-Commandeur O'Sol'Mio, nous avons repéré quelque chose qui devrait vous intéresser.

Un point vert scintillant apparu sur l'affichage tactique de l'exo-armure. Le Commandeur O'Sol'Mio l'inspecta d'un rapide coup d'oeil. Ce n'était pas prévu. En principe le plan de colonisation tenait compte d'une planète vierge. La présence d'un artefact inconnu, ainsi que le libellait l'équipe Stealth, était un grain de sable dans sa belle mécanique.

-Est-ce que cela peut interagir avec nous ? demanda-t-il.

-Il ne semble pas, Commandeur, du moins il n'y a pas d'émission de quelques sortes. Nous avons essayé tous les canaux Gue'la connus mais cela ne donne rien. O'bladi et O'blada sont en ce moment en train d'examiner la chose.

-Bien. J'arriverai sur zone dans trente-huit minutes. Poursuivez vos investigations.

-Il en sera fait selon vos ordres, Commandeur.

O'Sol'Mio donna encore quelques ordres aux différentes escouades chargés de patrouiller aux abords du site de la première colonie du Sept Det-able avant de préparer son propre départ. Une dizaine de minutes plus tard, l'élégant transport de la caste de l'air l'enlevait à la gravité pesante de la planète et lui offrit un survol du chantier. Quelle avancée ! Depuis l'installation des colons de la caste de la Terre il y avait de cela bientôt vingt-cinq lunes, les principaux bâtiments officiels étaient presque sortis du sol mutilé de la planète, tandis qu'un monorail achevait d'étirer son long corps serpentin à travers les différents quartiers résidentiels et industriels de la nouvelle ville. Une certaine satisfaction envahit le commandeur Tau. Trente-huit minutes précises plus tard, le commandeur posait le pied sur l'aire d'atterrissage balisée par son équipe de reconnaissance.

-Toujours rien ? dit-il au chef d'escouade, le Shas'vre O'Tari.

-Rien, Commandeur, nous...

Le reste de sa phrase se perdit dans une vocifération subite doublée d'un appel à l'aide. Le canal fut submergé de phrases incohérentes prononcées par ce qui ressemblait à la voix d'O'blada, étrangement déformée. Apparemment, son frère O'bladi essayait de l'arracher à quelque chose et de le ramener à la raison, en même temps qu'il appelait des renforts d'urgence. Quelques instants plus tard, O'Sol'Mio fut sur les lieux du drame et ce qu'il vit le déconcerta. Son Tau était secoué de spasmes à l'exception de son bras droit, dont la main appuyait sur un pan de l'étrange artefact. On aurait dit une colonne dont le fut aurait été sculpté dans un bois noueux. Elle avait du posséder une antique grâce mais à présent elle semblait tordue comme une branche de lierrevigne de Dra'che. Sans prendre le temps de pousser plus loin l'investigation, O'Sol'Mio enclencha ses propulseurs et bouscula violemment de toute la masse de son exo-armure Crisis le guerrier. Le choc fut suffisant pour l'arracher de la colonne et aussitôt le flot délirant s'apaisa.

-Par le conseil des Ethérés, tu vas bien O'Blada ?

-Je ne sais pas, c'est comme si... comme si quelque chose était entré en contact avec moi. Comme si elle avait souhaité me délivrer un message directement dans ma tête, dans une langue que je ne comprenais pas.

-Cela ne me dit rien de bon. Je n'ai jamais vu une telle chose se produire, ni pareille architecture. Vous trois, ajouta-t-il à l'adresse de l'équipe de reconnaissance, allez-vous faire ausculter par un médecin. Nous allons sécuriser ce site.
Quelques jours plus tard, le site s'était transformé en chantier de fouille. Trois équipes de terrassiers travaillaient de concert sous la protection vigilante de la caste du Feu pour dégager ce qui apparaissait non plus comme un artefact isolé mais comme un lieu particulier, né d'une ancienne activité. La colonne primitive lançait son ombre sinistre sur une esplanade d'un demi-hectare, environné d'une douzaine d'autres colonnes abattues totalement ou à moitié, jusqu'à présent dissimulées sous la végétation qui les avait littéralement étouffé et broyé. O'Sole'Mio se fit la réflexion que c'était comme si cette dernière avait cherché à se venger de ses colonnes. Au sol, une dalle faite dans un matériau inconnu et d'une blancheur fanée. A qui devait-on cette construction, les membres de la caste de la Terre n'en avaient aucune idée.

C'est alors qu'il le vit. O'Blada, qui était revenu avec l'autorisation de son chef inspecté le site pendant son congé exceptionnel, se tenait au centre d'un étrange dessin que le commandeur n'avait pas encore repéré. Formé par de fines rigoles parcourant la dalle, si étroites qu'on aurait dit de simples rayures, il représentait une sorte de pyramide dont le sommet voyait fleurir deux paires d'antennes. Là encore, le commandeur tau avait beau chercher dans ses souvenirs, il ne trouvait rien de comparable. Mais son attention fut subitement accaparée par la conduite d'O'Blada. Le Tau venait de s'ouvrir une large scarification à l'aide de son couteau rituel comme on le faisait au cours des rites martiaux Tau, mais en l'honneur de qui ? Mystère... Soudain O'Blada plongea les doigts de ses mains dans ses propre blessures et se mit à couvrir le sol d'une lettre, et puis d'une autre. A grand pas, O'Sol'Mio se précipita pour juger de l'état mental de son subordonné mais se dernier releva la tête et lui dit :

-Rassurez-vous commandeur, je vais bien. Ce message vous est destiné par l'hôte de ces lieux.

Eberlué , O'Sol'Mio laissa le Tau tracé son énigmatique message. Pourquoi ne pas l'avoir adressé par la parole ? Il ne comprenait pas. Un quart d'heure s'écoula avant que le message n'apparu. L'hôte de ce lieu souhaitait rencontrer les nouveaux venus sur ses terres.

-Mas comment puis-je le rencontrer s'il ne s'adresse à nous que par intermédiaire ? demanda-t-il, interloqué, à O'Blada.

-Vous connaissez déjà la réponse, Commandeur.

O'Sole'Mio hésita. Fallait-il qu'il toucha la colonne à son tour, ou qu'il s'entaille rituellement le corps comme il l'avait vu faire ? A en juger par les conséquences, il préférait largement la deuxième option. Aussi décida-t-il de s'extraire de son armure. Après une heure d'efforts, il put enfin verser le sang sur la dalle. Aussitôt O'Blada se remit à écrire. "Ce n'est pas suffisant". O'Sol'Mio s'ouvrit une seconde entaille, mais rien de plus ne se passa. Alors il prit la décision d'ordonner aux soixante-dix Tau qui l'entouraient de faire de même. Le sang bleu des Tau ruissela sur la dalle et emplit les rigoles. Puis tout d'un coup il fut évaporé, comme dans un grondement. Les Tau s'entreregardèrent, inquiets, sauf O'Blada dont le regard semblait perdu dans le vague. Soudain quelqu'un poussa un glapissement. Une forme rougeâtre et mal définie semblait surgir de la colonne tordue. Instinctivement les guerriers de feu mirent en joue l'apparition, qui ne semblait pas chercher à sortir de la colonne. Tout au plus un visage bestial déchirait-il la colonne. Peu rassuré, le commandeur se demande si prendre une décision avait été une bonne décision. Un suite de sifflements et de sons vaguement articulés déchirèrent le silence tendu.

-Il vient en paix, Commandeur, dit O'Blada.

Celui-ci était revenu à la réalité, mais son regard brillait d'un feu qu'O'Sol'Mio ne lui connaissait pas.

-Tu comprends ce qu'il dit ?
-Il souhaite rencontrer notre ambassadeur.

-Il sait que nous en avons un.

-Oui, je crois.

-Mais comment ? Bon peu importe. Qu'on aille chercher l'ambassadeur O'Strogo. Dis-lui que nous allons le faire venir.

-Inutile, il a compris, du moins j'en ai le sentiment.

-Il faudra que tu m'expliques pourquoi.

-Je ne saurais pas vous répondre, Commandeur.

Une heure plus tard environ, l'envoyé de la caste de l'Eau était sur place. Il s'entretint longtemps avec l'étrange visage avant de revenir auprès du commandeur Tau. Prudent, celui-ci avait revêtu à nouveau son armure et ses systèmes d'attaque et de défense étaient poussés à plein régime.

-Alors ? commanda le commandeur.

-Eh bien il me semble qu'il est intelligent. Il dit représenter une race supérieure. Du moins c'est ce que j'ai compris, même si cela me fait bien rire. En revanche il a déclaré régner sur des inférieurs puissants. Je lui ai demandé pourquoi nous n'avions rein trouvé. Il m'a répondu qu'il était "le roi à travers les étoiles" et qu'il n'avait pas besoin d'être présent pour régner sur ses vassaux.

-Au moins il semble qu'il connaisse le concept du voyage spatial.

-Oui et il semble également perméable au concept du Bien Suprême. Lorsque je lui ai demandé s'il nous laissait nous installer sur son monde afin que nous collaborions avec lui, et que je lui ai fait valoir les immenses richesses que nous aurions à en tirer mutuellement, il a acquiescé sans attendre.

-Je ne suis pas très sûr de ce qu'il a réellement compris.

-L'important c'est qu'il nous laisse nous installer, et j'imagine que disposer d'un allié natif aux capacités si surprenantes serait un réel avantage, combien même tout le reste ne serait que mensonge. Il a même proposé de mettre nos guerriers à son service.

-Attendez, ambassadeur. Vous lui avez vraiment demandé cela ?

-Evidemment, sinon à quoi cela sert-il de recruter des alliés ?

-Mais vous êtes fous ? J'aimerais en savoir plus avant d'accepter pareil marché !

-Vous n'avez pas autorité sur ce genre de question, commandeur, trancha l'ambassadeur.

-Mais j'ai autorité sur tout ce qui concerne la sécurité de la colonie, ambassadeur, tança O'Sol'Mio avec colère. Vous ne pouvez pas m'outrepasser ainsi.

-Les Grands Ethérés en décideront. Mais je lui ai demandé de les faire venir en paix.

-Quand seront-ils là ?
-Il ne me l'a pas clairement laissé entendre. Quelque chose comme une ou deux lunes.

-Par le conseil, je préfère cela. Cela va me laisser le temps de transformer notre colonie en camp retranché.

-Ayez confiance. Le Bien Suprême triomphera.

-J'aimerais que ce ne soit pas par les armes.

Ces deux lunes suffirent au commandeur Tau pour faire de sa ville nouvelle un modèle de mise en défense. Lorsque les postes d'écoute indiquèrent la présence d'une flotte en orbite, O'Sol'Mio frémit. Mais l'absence d'agression le rassura un peu. Lorsque les postes avancés signalèrent l'arrivée d'une colonne en marche, il frémit encore, mais rien ne vint d'hostile. Aussi se porta-t-il à l'entrée de la ville avec l'ambassadeur pour accueillir les envoyés de l'Hôte, ainsi qu'il appelait ce grimaçant visage. C'était un géant doté d'une armure rouge, dont la couleur scintillait étrangement. Elle était luisante, on l'aurait dit recouverte en permanence d'une substance liquide qui ne séchait jamais mais ne coulait jamais non plus. Son visage et son apparence rappelait celui des Gue'la mais il était beaucoup plus grand et eux n'avaient pas cette double rangée de crocs qui lui s'abritait derrière les lèvres de sa bouche. Sur la ceinture d'airain qui enserrait les hanches de son armure, il reconnut le même dessin que sur la dalle. Il en fut un peu rassuré. C'était bien une marque de sujétion. Et comme les guerriers de l'Hôte établirent leur camp au-dehors de la ville, à une distance respectueuse il sen sentit encore un peu plus rassuré. Mais cette confiance s'effondra durant l'entretien.

-Qu'a-t-il dit ? glapit O'Sole'Mio

-Je ne vois pas où est le mal, répondit l'ambassadeur.

-Vous plaisantez j'espère ? Conclure un pacte de sang passe encore mais je refuse que cela serve à faire venir l'Hôte. C'est une marque de soumission inconciliable avec notre mission.

-Pas du tout. C'est une marque de respect et d'amitié.

-Et comment cela doit-il se déroulé ? grogna le commandeur.

La réponse acheva de le terroriser.

-N'ayez crainte, commandeur. Nous n'aurons pas à en venir là.

-Mais vous êtes fou, ou complètement aveugle ? Il nous demande d'offrir de nous offrir en sacrifices !

-Pas nous. Nos Gue'las sont là pour ça.

-Comment cela ?

-Ils sont les auxiliaires volontaires de l'Empire Tau, non ? Pour le Bien Suprême, ils offriront leurs vies.

-Ils n'accepteront jamais.

-Qui sait, les Gue'las sont si stupides. Pauvres petites choses. De toutes façons je ne compte pas le leur demander.

-Je refuse de couvrir de tels agissements !

-Vous n'avez pas à vous opposer à la volonté des Ethérés, lança une voix grave derrière eux.

Les trois protagonistes se retournèrent. Dans l'encadrement de la porte, revêtu de ses amples robes, se tenait l'u des Ethérés.

-Pardonnez-moi, Ô Grand de ce monde, mais je ne savais pas...

-Je suis venu ici incognito.

-Pardon, Ô Grand de ce monde, mais ce que propose l'Ambassadeur est...

Le reste de ses paroles resta bloqué dans sa gorge. C'était comme si il ne pouvait plus parler, aligner trois mots sensés, en présence de l'éthéré. Il ne pouvait pas s'opposer à sa volonté, c'était absurde. Il était la sagesse incarnée. Il savait quoi faire. Aussitôt, il se tut.

-Bien. Amenez-nous jusqu'au lieu du sacrifice.

Les Gue'la étaient terrorisés. Lorsqu'ils virent le vassal de l'Hôte, ils furent terrorisés au point de se répandre sur le sol. Lorsque les sacrifices commencèrent et que le sang rouge coula à flot, O'Sol'Mio fut horrifié de reconnaître enfin ce qui rendait l'armure de celui qui se proclamait comme "son Champion" aussi luisante. Du sang humain... un mauvais pressentiment l'assaillit mais lorsqu'il voulu en parler à l'éthéré ce pressentiment se dissipa, aussi léger qu'une plume noire emportée par le vent de Da'Lith.

Une cohorte de corps jonchait à présent la dalle. Le "Champion" se retourna alors vers l'éthéré et articula d'une voix cruelle :

-Il nous faut encore conclure le pacte à présent que le sang a versé. Nous devons échanger un... présent, dit-il en insistant sur le dernier mot.

-Je crois que je comprends. Ambassadeur ?

-Oui, Ô très Grand de ce monde ?

-Grimpez sur cette montagne et entaillez-vous l'abdomen au sommet. Notre sang doit aussi couler pour parachever notre alliance.

-Que je... ? Mais, Ô très Grand... ?

O'Sol'Mio à son tour voulu intervenir, mais tout comme l'ambassadeur il sentit sa volonté s'effacer. L'Ethéré incarnait la sagesse. Lui-même n'était que son bras agissant. Il lui suffisait de commander.

Alors l'ambassadeur gravit le sommet de la montagne de cadavre. Il sortit docilement son couteau, et s'apprêtait à s'ouvrir le ventre quand soudain sa tête explosa. Incrédule, O'Sol'Mio ne réagit même pas : il vit le corps sans tête lever haut le couteau puis l'abattre avec une férocité incompréhensible, se déchirer l'abdomen et élargir la plaie béante de long en large. Le corps fut criblé de plusieurs impacts venus d'on ne savait où, mais ils n'eurent pas plus d'effet que le premier. Dans un rugissement le corps de l'ambassadeur explosa et deux immenses bras rouges, aux muscles noueux et poilus, remplacèrent ses bras. Une tête de chien cornue monstrueuse surgit dans un monceaux de morceaux de chair. Une rafale de laser déchira ce qui restait du corps alors que de graciles engins aux courbes élancées sortaient des nuages et fondaient sur le cercle formé par l'assistance, mais cela encore n'eu aucun effet. Un char antigrav Tau explosa dans un torrent de flamme et ce fut cela seulement qui arracha O'Sol'Mio au terrible spectacle.

-C'était un piège ! hurla-t-il. Protégez l'éthéré !

-Non, lui répondit une immense voix caverneuse, qui semblait jaillir de l'horizon lui-même. Voici que le pacte est scellé, Commandeur O'Sol'Mio, et voici encore de quoi le renforcé.

Une hache de bronze dégoulinante d'un sang noir se dressa vers le ciel en direction des aéronefs qui revenait pour une seconde passe. A présent au sommet de la montagne de corps se tenait une être immense doté d'ailes sinistres. Au même moment des rapports affluèrent sur son système d'affichage tactique. Tous ses postes avancés étaient submergés par une attaque d'un assaillant inconnue, et sa ville, sa propre ville, était en flammes... Il lui fallait à tout prix protéger l'éthéré.

-Combattez avec nous, Tau, reprit la voie sépulcrale. Vous ne le regretterez pas.

-Un autre jour, peut être... Tau, protégez l'éthéré, repliez-vous sur la position Da'kran-7.

A côté de lui, O'Blada fut coupé en deux par une rafale de disques acérés et grands comme une main...

-MFT-
_________________
Caii Pertinis Maximae Sentenciae :
"L'attaque dans le dos, ça paye !".
"Les Dark Angels ne fuient pas, ils avancent dans une autre direction"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Dessins, récits, nouvelles & Ecrits des membres Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Templars : a theme by Chapelain Thargannis 2007
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

 

 


Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 49792 / 0